CONTRE LES CROQUETTES QUI TUENT NOS AMIS A 4 PATTES

SIGNEZ LA PETITION POUR LE PRESIDENT T LE MINISTERE DE L'AGRICULTURE - MERCI 

PETITION SNAC - CLIC ET SIGNEZ CI-DESSOUS  - MERCI

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/croquettes-tuent-nos-chats-chiens/27095

MES CONSEILS SONT MIS GRACIEUSEMENT A VOTRE DISPOSITION POUR LECTURE - IL EST INTERDIT DE LES RECOPIER SUR VOTRE SITE OU DE LES RECUPERER POUR D'AUTRES USAGES QUE VOTRE USAGE PERSONNEL- TOUS MES ARTICLES SONT COPYRIGHT- MERCI DE LE RESPECTER.   Anne-Charlotte Poncet

TEST ADN EN FRANCE

Les éleveurs intéressés peuvent contacter, aux laboratoires ANTAGENE,   par email : contact@antagene.com ou par téléphone au (00-33)= 0 / 437 499 003.

en indiquant leurs coordonnées, la race et le nombre de chats à tester.  N’hésitez pas à le faire le plus rapidement possible.

TEST ADN EN BELGIQUE

Les éleveurs intéressés peuvent contacter, aux Laboratoires  PROGENUS, Monsieur Damien Magnee (Marketing Manager) par e-mail  :

magnee.d@progenus.be

en indiquant leurs coordonnées, la race et le nombre de chats à tester.  N’hésitez pas à le faire le plus rapidement possible.  

PKD par Corinne Cherbonnel

La polykystose rénale (appelée couramment PKD pour polycystic kidney disease) est une maladie génétique fréquente chez différentes races de chat, notamment le Persan et les races apparentées. La fréquence de l’anomalie génétique a été estimée pour quatre races : Persan (26%), Exotic Shorthair (37%), British Shorthair (12%), Maine Coon (1%), mais reste encore inconnue pour les autres races de chats.

Cette affection se traduit par le développement progressif de kystes dans les reins, par la destruction du tissu rénal, par une insuffisance rénale pouvant provoquer la mort prématurée de l’animal. Le dysfonctionnement rénal apparaît entre 2 et 10 ans en fonction du rythme de croissance des kystes rénaux. La polykystose rénale est une maladie monogénique qui se transmet selon un mode autosomal dominant. C'est-à-dire qu’elle n’implique un seul gène, qu’elle n’est pas liée au sexe (comme le daltonisme chez l’homme) et que la présence d’un seul exemplaire du gène défectueux suffit à provoquer la maladie.

Avant l’existence d’un test génétique, La PKD était en général diagnostiquée par ultrason qui permet une identification de la maladie à un stade relativement précoce. Cette méthode visualise par imagerie la présence de kystes sur les reins. Cette technique est efficace à condition d’être réalisée par du personnel expérimenté et avec un matériel adapté.

L’équipe du Dr Leslie LYONS de l’université de Californie à Davis (non loin de Sacramento dans le nord de la Californie) a identifié le gène responsable puis la mutation provoquant le défaut génétique. Un test ADN a été développé et validé dans le but de déterminer, dès la naissance, si un chat est sain ou atteint de PKD à partir d’un simple frottis buccal ou d’une prise de sang (fiabilité supérieure à 99%)

Deux situations sont alors possibles :
• le chat porte deux copies normales du gène : il est sain, ne développe pas la maladie et ne transmet pas l’anomalie génétique à sa descendance,
• le chat est dit « hétérozygote » c'est-à-dire qu’il porte une copie normale et une copie défectueuse du gène (mutation responsable de la maladie): il est atteint, développe la maladie plus ou moins précocement et transmet l’anomalie génétique à la moitié de sa descendance.

Le dépistage précoce d’un chat atteint de PKD (avant qu’il ne développe les signes cliniques) permet d’adapter son alimentation et d’appliquer éventuellement certains traitements préventifs afin de retarder et de limiter le développement de l’insuffisance rénale. Le dépistage précoce permet également de sélectionner les reproducteurs, d’adapter les croisements afin d’éviter de produire des chatons atteints dans la descendance et de propager la maladie dans l’élevage ou la race.

MISE A JOUR PAR LE LABORATOIRE ANTAGENE - JANVIER 2010

La polykystose rénale, couramment appelée PKD (pour Polycystic KidneyDisease) est une maladie rénale héréditaire fréquente chez différentes races de chat, notamment chez le Persan et les races apparentées. Cette affection se traduit par le développement progressif de kystes dans les reins, par la destruction du tissu rénal, par une insuffisance rénale chronique pouvant conduire à la mort prématurée de l'animal.
La PKD est une maladie monogénique autosomale dominante.

ANTAGENE propose un test génétique pour dépister la PKD dans les races suivantes :

• Persan et apparentés
• Exotic shorthair
• British
• Maine Coon

Le test génétique repose sur la détection d'une mutation dans le gène PKD.1.
ANTAGENE a validé ce test en 2004 sur 579 chats appartenant aux 4 races pour lesquelles le test est proposé.
Les études populationnelles conduites par ANTAGENE ont permis de déterminer la fréquence de chats hétérozygotes (et donc génétiquement atteints en 2004) :

• Persan : 20 %
• Exotic : 30 %
• British : 15 %
• Maine Coon : 4 %

Les études cliniques et génétiques conduites par ANTAGENE jusqu'en 2007 sur des milliers de chats démontrent l'existence d'une seule forme génétique chez le Persan, l'Exotic Shorthair et le British.

Par contre, Chez le Maine Coon, une autre forme de PKD existe : il pourrait s'agir d'une autre forme génétique (PKD.2) ou d'une forme acquise. La compréhension de cette autre forme est actuellement limitée par le peu de cas décrits. Le test génétique reste néanmoins valide pour dépister la forme PKD.1.

Pourquoi tester votre chat ? Pour les raisons suivantes :

• garantir sa santé
• dépister précocément les chatons
• sélectionner les reproducteurs et adapter les croisements
• éviter de propager la maladie dans votre élevage et dans la race
• anticiper l'apparition de la maladie
• assurer la longévité de mon chat en adaptant son alimentation.

Le chat atteint va développer la maladie entre 2 et 10 ans en fonction du rythme de croissance des kystes rénaux. Le chat atteint peut ne manifester aucune insuffisance rénale avant l'âge de 10 ans. Consulter votre vétérinaire traitant ou un vétérinaire spécialisé pour suivre l'évolution de la maladie.