CONTRE LES CROQUETTES QUI TUENT NOS AMIS A 4 PATTES

SIGNEZ LA PETITION POUR LE PRESIDENT T LE MINISTERE DE L'AGRICULTURE - MERCI 

PETITION SNAC - CLIC ET SIGNEZ CI-DESSOUS  - MERCI

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/croquettes-tuent-nos-chats-chiens/27095

Zéaralénone Mycotoxine produite par la moisissure Fusarium. Effets toxiques :

Il s'agit d'effets oestrogéniques, comme les avortements, une perturbation de la reproduction.

1er Aliment à risques : le maïs en premier + blé + orge et glutens idem.

Les moisissures sont des mycètes multicellulaires. Elles se reconnaissent à l'oeil nu par leur aspect duveteux. La croissance des moisissures est favorisée par une atmosphère humide et chaude (20- 25 °C ), un pH entre 4 et 6 et en présence d'oxygène. Elles sont versatiles et également très stables puisqu'elles résistent à la chaleur ( 250 °C ). Elles peuvent ainsi envahir presque tous les types d'aliments.

Les moisissures agissent dans l'altération des aliments et sont aussi utilisées pour la fermentation de certains aliments comme le fromage. Certaines moisissures peuvent produire des mycotoxines et provoquer des intoxications alimentaires. Les mycotoxines sont les métabolites toxiques fabriqués par certaines moisissures pendant leur croissance sur les aliments. Parmi les 100,000 espèces qui peuvent être présentes sur ou dans les produits alimentaires, seulement 200 espèces de moisissures sont capables de produire des mycotoxines. Les mycotoxines ne sont pas toutes nocives pour l'homme. Cependant, certaines sont cancérigènes et mutagènes alors que d'autres peuvent être dommageables pour le foie, les reins ou le système nerveux.

Les trois principales familles de moisissures impliquées lors d'intoxications alimentaires sont : Aspergillus, Penicillium et Fusarium. Elles produisent des mycotoxines dont l'élaboration est influencée par la souche de moisissure, les conditions ambiantes et le substrat. Certaines souches produisent peu ou pas du tout de mycotoxines et d'autres en fabriquent beaucoup. Une atmosphère humide et chaude favorise leur sécrétion. De plus, les denrées élevées en glucides représentent un milieu plus propice à la production de mycotoxines que celles riches en protéines. La contamination des denrées alimentaires peut survenir avant, pendant et après la récolte, et aussi au moment du stockage. En effet, les moisissures se développent lors de l'entreposage si les céréales ne sont pas suffisamment sèches au départ ou si le grain a été endommagé ou encore si le taux d'humidité augmente durant la période de stockage. intoxications alimentaires Maladies qui surviennent suite à la consommation d’aliments ou de boissons contaminés par des microorganismes (bactéries, virus, moisissures, algues, parasites) ou leurs toxines.

Mycotoxines = Toxine produite par une moisissure et qui se développe sur un aliment mutagènes Se dit de tout agent (physique ou chimique) capable de provoquer une mutation c’est-à-dire la modification soudaine et transmissible, spontanée ou provoquée, du patrimoine héréditaire.

 Problèmes dus aux mycotoxines

Il est difficile de reproduire dans des études contrôlées les graves problèmes qui sont constatés et attribués aux mycotoxines sur le terrain.

Quelques exemples :

dans certaines exploitations laitières, on a incriminé la présence de mycotoxines à 0,1 ppm ( pour expliquer une baisse de la consommation  d'aliments et de la production laitière. Des études de cas réalisées à l'Université du Wisconsin ont attribué la survenue d'avortements chez des bovins à la consommation d'aliments contenant 1 ppm de zéaralénone.

Une étude portant sur le bétail d'engraissement n'a mis en évidence aucune baisse du rendement ni aucun problème de santé en présence de 10 à 15 ppm de DON dans l'alimentation, à condition que la teneur en autres toxines soit très faible ou nulle car les effets cumulatifs et/ou *synergiques des mycotoxines et de leurs métabolites se conjuguent ; parmi les études réalisées jusqu'ici, beaucoup ont porté sur des périodes de 1 à 10 jours ; plusieurs n'ont duré qu'un mois ; les travaux portant sur les effets de doses uniques ne reflètent pas les niveaux constatés dans la pratique ; les études réalisées jusqu'ici ont porté sur les animaux les plus robustes (vaches en milieu ou en fin de période de lactation et produisant 20 kg de lait).

MYCOTOXINES  INDESIRABLES En µg/kg (microgrammes) En mg/kg (milligrammes) * En µg/kg (micro-grammes) En mg/kg (milli-grammes)
POUR LES BOVINS

PORCELETS  ou

VOLAILLES

 

POUR  LES   

  HUMAINS

  En µg/kg (microgrammes) En mg/kg (milligrammes)   En µg/kg (microgrammes) En mg/kg (milligrammes)
           
ZEARALENONE 100 0,100    0,100  0,100 

(DONS) VOMITOXINES.

200 0,200    0,200  0,200 
FUMONISINES*BA**B2*   200 0,200   0,200 0,200
OCHRATOXINES  *A* 50 0,050   0,050 0,050
AFLATOXINES 5 0,005   0,005 0,005
CALCIUM (adultes) en % pourcentage    0.05 à 1 % *****   ***** *****
PHOSPHORE (adultes)en % pourcentage 0.05 à 0.08 % *****   ***** *****

TENEURS MAXIMALES EN CONTAMINANTS

SUPPORTEES  PAR  LES  HUMAINS*****

 

µg/kg

mg/kg
     
Acide cyanurique 2.000  2
Arsenic 1.000 
Mélamine

INTERDIT

*****
Plomb

INTERDIT

*****

http://www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/dairy/herd/food/mico2.htm#problemes

LES  GRAVES  MALADIES  CAUSEES  PAR  LES  DIFFERENTES  MYCOTOXINES  CI-DESSOUS

Groupe de mycotoxines

Symptômes

AFLATOXINES

*****

Atteinte hépatique  - Hémorragies - Carcinogenèses - Immunodépression - Baisse de performances.

OCHRATOXINES

*****

Diarrhées - Dysfonctionnement rénal avec augmentation de la consommation d’eau. Baisse de croissance - Lésions du foie, des reins et de la vessie - Modifications hématologiques

ZEARALENONE

*****

Œdème de la vulve et du vagin  - Prolapsus vaginal ou rectal - Hypertrophie de l’utérus - Atrophie des ovaires - Diminution de la prolificité - Avortements - Infertilité -  Retours en chaleur avec cycles décalés, refus de saillie.

Tuméfaction de la chaîne mammaire - Œdème du prépuce - Atrophie testiculaire - Anomalie de semence.

Inflammation voire nécrose de la vulve et de la chaîne mammaire - Splay leg - Mortalité sous la mère.

TRICHOTHECENES/DONS

*****

Troubles digestifs (vomissements, diarrhées) - Anorexie - Hémorragies - Lésions buccales et dermiques  .

Dépression immunitaire - Modifications hématologiques - Baisses de croissance - Augmentation de l’IC - Nécrose de la queue chez les porcelets (lait contaminé par T2).

*****

FUMONISISNES

*****

Œdème pulmonaire - Nécrose du pancréas. Atteinte hépatique - Troubles sanguins.

Attendre qu'apparaissent les symptômes cliniques des problèmes dus aux mycotoxines, c'est attendre trop longtemps. (Eng, 1995)

La zéaralénone (ZEN)

et ses métabolites ont une action oestrogénique. Les effets les plus directs concernent donc l’appareil reproducteur des mammifères, et peuvent être variables d’une espèce animale à une autre. Les porcs sont les plus sensibles - maiq pourtant ils possèdent 2 enzymes que ne possèfdent pas nos félin qui sont donc - et très logiquement - encore plus sensibles que les porcelets, animal servant de base aux Normes Européennes mais que ne respectent pas 98 % des Pets-Food. Car lees Normes pour nos animaux domestiques, chats et chiens, ne sont toujours pas édictées.

Les symptômes les plus marquants chez les porcs femelles sont un gonflement et un rougissement de la vulve, une atrophie des ovaires, des oedèmes du vagin et de l’utérus, des retards de venue en œstrus, voire des anœstrus, une réduction de la taille des portées. Chez les jeunes porcs mâles, la consommation de ZEN conduit à une féminisation avec atrophie des testicules et développement des glandes mammaires.Ils deviennet également stériles et c'est irrécupérable. Pour de nombreuses espèces animales et pour l’espèce humaine, les conséquences des effets oestrogéniques de la Zéaralénone se posent sur un terme plus long en raison de leur sensibilité moindre et du fait des faibles doses consommées habituellement. La zéaralénone a été soupçonnée d’être la cause d’apparition précoce de la puberté chez des enfants de Porto-Rico. La zéaralénone peut être génotoxique et immunotoxique à haute dose pour les humains également. Elle pourrait être cancérigène .

Les fumonisines

ont des effets marqués chez les porcs et les chevaux. Chez le porc, elles provoquent des oedèmes pulmonaires pouvant entraîner la mort des animaux et accessoirement des lésions du foie et du pancréas. Chez le cheval, elles sont f la cause de la leucoencéphalomalacie, maladie du cerveau pouvant conduire à la mort. Les autres effets touchent  le rein et le système cardiovasculaire, particulièrement chez les rongeurs. Evidemment les félins et canins sont encore plus sensibles. Voir le rapport de l'AFSSA de Décembre 2006.

Les fumonisines sont faiblement absorbées dans l’intestin des animaux mais distribuées rapidement aux tissus. Des métabolites peuvent se retrouver dans le foie et les reins de certaines espèces comme les félins à qui il manque 2 enzymes pour les éliminer.

Elles ont été récemment soupçonnées d'être cancérigènes pour l’appareil urinaire des mammifères, mais l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (IARC) ne les positionne que dans le groupe 2B (absence d’évidence chez l’homme mais des évidences chez l’animal).

Le désoxynivalénol (DON)

C’est un trichothécène dont l’effet principal est  la diminution de la consommation d’aliment chez le porc.   Celle-ci serait causée par une mauvaise assimilation des acides aminés par les cellules de l’animal, entraînant via un excès de tryptophane circulant dans le sang une augmentation de la sérotonine sanguine qui agit sur le centre cérébral de la satiété. Cette diminution de consommation s’observe principalement chez les porcs, notamment chez les jeunes, et dans une moindre mesure chez les volailles.

A trop forte dose, le DON fait vomir ; d’où son surnom de vomitoxine. Les autres effets du DON sont variés , et s’inscrivent dans la toxicologie à long terme (chronique).

Le DON agit sur le système immunitaire des mammifères et des oiseaux. Chez l’homme, son action toxique affecterait les lymphocytes *T *et réduirait la capacité de phagocytose des macrophages, affaiblissant de ce fait la capacité de défense des individus, notamment des plus vulnérables (comme les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées). Chez le porc, il augmente la teneur en immunoglobulines *A*, ce qui est toxique pour les reins. Le DON agit également sur les fonctions du foie, ce qui affecte la dégradation et l’élimination des toxines par l’organisme.

Parmi les autres trichothécènes qui peuvent être trouvées dans les céréales françaises, les formes acétylées du DON (3aDON et 15aDON) semblent aussi toxiques que le DON mais ne sont en général présents qu’en faibles quantités. Le nivalénol (NIV), consommé à forte dose par des rongeurs peut avoir des effets génotoxiques, embryotoxiques, immunodépressifs et peut diminuer la consommation.

Les trichothécènes du groupe A sont plus toxiques que ceux du groupe B et se rencontrent  peu dans les céréales françaises. Les plus susceptibles d’être trouvées sont la toxine T2 et sa forme dérivée HT2. A très forte dose, la toxine T2 entraîne chez les animaux, notamment chez les jeunes, une série de manifestations diverses : sous consommation, nécrose des épithéliums (peau et muqueuse de l’appareil digestif), hémorragies, hypotension. Une consommation prolongée peut avoir un effet immunodépresseur et un effet hématotoxique (réduction du nombre de leucocytes).

PLAINTE D'UN ELEVEUR DE CHIENS SUR CE LIEN

http://www.labrador-retriever-fr/divers.php

SUR *GOOGLE* EN METTANT *ZEARALENONE* - ou le nom des autres mycotoxines - VOUS
TROUVEREZ ENORMEMENT DE DOCUMENTS INTERESSANTS A LIRE

 

Parlons analyses - elles ne sont quand même pas données - entre 150 et 300 Euros par analyse suivant ce que nous désirons. C'est pour cette raison financière (que je ne pouvais plus gérer toute seule) que la SNAC (Sécurité de l'Alimentation de nos Animaux de Compagnie) existe depuis fin 2007. A ce jour, plus de 8.000 Euros d'analyses - toutes les années -  ont été effectuées et les résultats communiqués aux adhérents (pour 30 Euros par an d'adhésion).

Cliquez sur cette bannière et vous pourrez voir ce que nous faisons pour aider les particuliers et/ou  éleveurs propriétaires de chats et/ou de chiens.

Pour votre information, je tiens à préciser que je n'ai eu aucun chaton en 2006-2007-2008-2009 - mes 3 mâles sont devenus stériles et  sont décédés, 4 de mes femelles ont été également stérilisées (sur 7 femelles) avec des utérus contenant des mycotoxines (analyses faites et utérus prêts à éclater) - et l'une d'elles est décédée en Aoûi 2009 à l'âge de 6 ans. Voir page SOUVENIRS les raisons de son décès..